5 étapes essentielles pour lancer sa micro-entreprise

21 août 2021 • Olivia Mahieu
Média chevron_right Auto-entrepreneurs chevron_right5 étapes essentielles pour lancer sa micro-entreprise

Se lancer à son compte est une étape importante dans une vie professionnelle. Vous aurez besoin d’audace, d’ambition mais également d’une bonne dose d'organisation et de rigueur pour faire face aux obligations légales de l’indépendance. Comme il est hors de question de vous laisser seul patauger dans la jungle des règles administrativo-comptables de notre pays, nous vous proposons ce petit guide en 5 étapes indispensables pour lancer votre micro-entreprise.

Bon à savoir : on trouve sur le net les appellations auto-entreprise et micro-entreprise, sources de confusion. Sachez que les deux statuts ont fusionné en 2016 pour donner un statut unique, celui de la micro-entreprise. Alors même si le terme d’auto-entreprise est encore utilisé et a du mal à disparaître, il correspond légalement à celui de la micro-entreprise. 

1. Trouver son activité professionnelle idéale

Vous avez très envie d’être indépendant, d’être votre propre patron, de ne plus subir une hiérarchie pas toujours reconnaissante, ni même cohérente … On vous comprend. Toutefois, trouver son job idéal en indépendant n’est pas forcément chose aisée.
Entre la recherche de rentabilité - il va bien falloir gagner votre vie - et celle de l’épanouissement personnel - pour quelle activité suis-je fait ? - les questions à se poser sont fort nombreuses et peuvent vous faire perdre de vue votre objectif.

Pour faire ce travail, nous vous conseillons de sortir un stylo, un carnet et de procéder par étapes :

  • définissez vos objectifs en termes de revenus et de temps de travail (temps plein, temps partiel), puis en termes d’organisation (à domicile, chez vos clients, déplacements réguliers …)
  • déterminez objectivement quelles sont vos expertises et vos compétences
  • notez vos passions, celles que vous pourriez utiliser dans le cadre d’une activité professionnelle
  • ne négligez pas la question de la concurrence, qui risque d’avoir un impact sur votre réussite

Une fois toutes ces questions posées, vous devriez pouvoir en tirer quelques enseignements intéressants et avoir une idée plus claire de l’activité qui vous correspond.

2. Domicilier son activité

La loi exige que votre entreprise réponde à une adresse physique qui devra être déclarée au Centre de Formalités des Entreprises (CFE).

  • Votre entreprise peut être domiciliée chez vous si c’est le lieu de votre activité professionnelle. Si vous déménagez, vous pourrez changer très facilement d’adresse de domiciliation
  • Vous pouvez faire appel à une entreprise de domiciliation. Ces structures permettent de disposer rapidement d’une adresse administrative et peuvent également fournir d’autres services comme du secrétariat ou de la location d’espaces de travail…
  • Autre idée, la pépinière d’entreprise qui met à disposition des micro-entrepreneurs la location de bureaux ainsi que de nombreux services
  • Dans certains cas, la location d’un local commercial sera nécessaire pour exercer votre activité. Il pourra également servir de lieu de domiciliation

Bon à savoir : la domiciliation de l'entreprise peut être distincte du lieu d’exercice de l'activité.

Créez votre entreprise gratuitement en un clic Slice article

3. Choisir son statut juridique

Si vous lisez cet article, c’est certainement que vous avez opté pour le statut de la micro-entreprise. Mais il y a fort à parier que vous ayez passé en revue auparavant, toutes les possibilités juridiques d’entreprise individuelle qui s’offraient à vous.
Il existe en effet de nombreux statuts de société dans notre pays, permettant de faire le choix qui correspond exactement à ses besoins en termes d’organisation, de responsabilité, de versement de salaire…

Cette étape, bien que cruciale, est extrêmement complexe. Entre les dividendes, les parts sociales, le capital social, les assemblées générales, les assemblées extraordinaires, les gérants, les associés… il y a de quoi y perdre la tête et sa motivation !

Bon à savoir : n’hésitez pas à prendre contact avec la CCI de votre région/ville qui organise très souvent des ateliers gratuits sur le choix d’un statut fiscal pour son entreprise. 

4. Déclarer sa micro-entreprise

Nous y voilà ! Comme de nombreux français qui se lancent dans l'entreprenariat, vous avez choisi la micro-entreprise pour sa simplicité de création et de gestion. Un excellent choix pour vos premiers pas dans l’indépendance.

Si la micro-entreprise est un statut qui offre de nombreux avantages, quelques règles sont à respecter toutefois pour rester en bons termes avec l'administration et surtout avec le fisc, qui peut parfois être un poil chatouilleux.

Vous devrez ainsi déclarer votre activité via un formulaire en ligne. Selon la nature de votre activité, vous aurez le choix entre plusieurs sites :

Des pièces justificatives vous seront demandées, qu’il faudra transmettre par voie dématérialisée. Votre dossier sera ensuite transmis au Centre de Formalités des Entreprises (CFE) dont dépend votre activité. Il s’agira ainsi de :

  • la Chambre de Commerce et de l'Industrie (CCI) pour les activités commerciale
  • la Chambre de Métiers et de l’Artisanat (CMA) pour les activités artisanales
  • l'URSSAF pour les professions libérales
  • et le Greffe du tribunal de commerce pour les agents commerciaux

Bon à savoir : si vous exercez une activité commerciale et/ou artisanale, vous devrez vous immatriculer également au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS). Deux documents sont nécessaires : un justificatif de domicile et une déclaration sur l’honneur de non condamnation certifiant que vous n’avez fait l’objet d’aucune condamnation pénale, ni de sanction civile ou administrative de nature à vous interdire de gérer, d’administrer ou d’exercer une activité commerciale.

Une fois votre déclaration enregistrée, vous recevrez plusieurs documents à conserver absolument :

  • le certificat d’inscription au Répertoire des Entreprises et des Établissements provenant de l’INSEE. Il comporte votre numéro de SIRET et votre code APE. 
  • une notification d’affiliation au régime micro-entrepreneur de votre CFE
  • un extrait K si vous êtes commerçant ou artisan. Ce document atteste de l’existence juridique de votre entreprise
  • une notification d’affiliation à la Sécurité Sociale des Indépendants.
Votre bilan et votre TVA en une seule application Slice article

5. Assurer les obligations comptables de votre activité

Ça y est, votre petite entreprise est créée, vous allez pouvoir exercer légalement, faire votre métier et aussi … de la comptabilité ! Et oui, lorsque l’on est indépendant, on passe aussi beaucoup de temps dans les tâches annexes, d’ordre administratif. Elles sont souvent pesantes mais absolument obligatoires. La comptabilité fait partie des joies des auto-entrepreneurs.

Ainsi, une fois que vous obtiendrez votre notification d’affiliation à la Sécurité Sociale des Indépendants, vous pourrez déclarer le chiffre d’affaires de votre micro-entreprise et ce, même si celui-ci est nul ! Vous pourrez opter pour une déclaration mensuelle ou trimestrielle.

Mais attention, ceci est la première pierre de vos obligations comptables qui seront diverses : faire des factures, établir son bilan comptable, faire ses déclarations fiscales et de TVA, organiser vos notes de frais…

Rien qu’à lire ces lignes, vous avez déjà des boutons sur les bras ? On comprend parfaitement … C'est pourquoi nous vous proposons d’oublier - en partie - tous ces tracas grâce à notre application qui automatise la compatibilité des professionnels en auto-entreprise, en société ou en association. Découvrez tous nos services et libérez-vous du temps pour ne faire que votre métier, celui que vous aimez !

Retrouvez toute l’actualité de Comptalib et les nouveaux contenus du blog sur , , et
Femme

Testez Comptalib.com maintenant

Sans engagement  •  14 jours d’essai gratuit