Rentre obligatoire la vaccination auprès de leurs employés permettrait aux chefs d’entreprise d’éviter de créer des clusters. Mais seule la loi peut obliger des citoyens à se faire vacciner.

Covid-19: une entreprise peut-elle obliger ses salariés à se faire vacciner?

Alors que le taux de contamination au Covid-19 reste très élevé à travers tout le pays, les employeurs veulent éviter tout risque de clusters dans leurs entreprises. De quoi leur donner envie d’obliger l’ensemble de leurs salariés à se faire vacciner avant de revenir au bureau. Mais en ont-ils le droit? On fait le point.

À l’heure où le gouvernement développe au fur et à mesure sa stratégie vaccinale contre le Covid-19, une question revient régulièrement: la porte à la vaccination obligatoire en entreprise est-elle ouverte? Il est à noter que des études ont démontré que les réunions professionnelles faisaient partie des lieux privilégiés de transmission du virus. Par conséquent, qu’un employeur veuille obliger ses salariés à se faire vacciner avant de pouvoir revenir au bureau fait sens. Pourtant, c’est illégal.

L’article R4426-6 du code du travail dit ceci: "L'évaluation des risques permet d'identifier les travailleurs pour lesquels des mesures spéciales de protection peuvent être nécessaires. L'employeur recommande, s'il y a lieu et sur proposition du médecin du travail, aux travailleurs non immunisés contre les agents biologiques pathogènes auxquels ils sont ou peuvent être exposés de réaliser, à sa charge, les vaccinations appropriées."

Le code du travail est donc très clair: il parle de recommandation pour les agents biologiques pathogènes, dont fait partie le Covid-19, et non d’obligation. En réalité, la loi ne vous permet d’obliger vos salariés à se faire vacciner que dans les cas de onze pathologies bien précises, listées dans le code de la santé publique.

Il s’agit du vaccin antidiphtérique, du vaccin antitétanique, du vaccin antipoliomyélitique, de celui contre la coqueluche, du vaccin contre les infections invasives à Haemophilus influenzae de type b, de celui contre le virus de l’hépatite B, du vaccin contre les infections invasives à pneumocoque, de celui contre le méningocoque de sérogroupe C, du vaccin contre la rougeole et de ceux contre les oreillons et la rubéole.

Ce sont donc ici les onze seules vaccinations que vous pouvez imposer à vos salariés s’ils ne les ont pas faites. Le Covid-19 n’en fait donc pas partie. Et tant que la vaccination contre le coronavirus ne sera pas rendue obligatoire via le code de la santé publique, un employeur ne pourra pas l’imposer.

Un texte de loi?

Ce qui pourrait arriver, c’est que le gouvernement fasse passer un texte de loi qui rendrait la vaccination contre le Covid-19 obligatoire, pour tout ou partie des professions. Seul un certificat médical de contre-indication permettrait alors d’échapper à l’obligation de vaccination. Le salarié qui refuserait sans un motif valable la vaccination risquerait par conséquent le licenciement. Mais, afin de rassurer les plus sceptiques d’entre vous au sujet des vaccins, sachez que ce n’est pas la voie envisagée à l’heure actuelle par les autorités.

Ainsi, Élisabeth Borne, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, l’a indiqué très explicitement dans les médias: "Le président de la République a dit clairement que ce ne serait pas une vaccination obligatoire, donc les entreprises ne pourront pas exiger cela de leurs salariés. En entreprise, on a des protocoles sanitaires qui permettent de lutter contre la propagation de l’épidémie, qui sont très efficaces et qui sont bien respectés. Et donc il n’est pas question de pouvoir exiger une vaccination en entreprise", a-t-elle déclaré.

Si vous décidez malgré tout de sanctionner un ou plusieurs de vos salariés pour un refus de vaccination, en le plaçant en chômage partiel ou en congés forcés, sachez que vous vous exposez à des poursuites. Vous ne serez ainsi pas en mesure d’empêcher un de vos employés de se rendre sur son lieu de travail.

La question s’était d’ailleurs également posée avec les tests. En avril dernier, la multinationale française Veolia est devenu le premier grand groupe à annoncer vouloir mener une campagne de dépistage auprès de ses employés. Bien que le code du travail exige de l’employeur qu’il prenne les mesures nécessaires "pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et morale des travailleurs", le groupe a rapidement essuyé un refus de la part des autorités. "Il est interdit de faire des campagnes généralisées de dépistage en entreprise", a ainsi réagi Muriel Penicaud, alors ministre du Travail.

Un encouragement bienvenu

Si vous ne pouvez donc pas imposer à vos salariés de se faire vacciner, vous avez en revanche la possibilité de fortement les inciter à le faire. Au moyen de campagnes de sensibilisation ou d’affiches les encourageant à se faire vacciner placardées dans les bureaux par exemple. Vous pouvez faire autant de publicité que vous le souhaitez. La seule limite, c’est que vous ne demandiez pas de certificat de vaccination à vos employés.

Vous avez par contre également la possibilité de recommander le vaccin anti-Covid à l’un de vos salariés, sans que ce soit une obligation pour ce dernier de le faire, uniquement dans le cas où c’est un médecin du travail qui l’a proposé. Cette recommandation doit d’ailleurs être justifiée. Cela peut concerner des salariés particulièrement exposés au virus ou en contact avec des personnes fragiles.

De grandes entreprises comme EDF ou Renault étudient actuellement la possibilité de proposer des injections à leurs salariés au printemps, le médecin du travail étant habilité à réaliser ces vaccinations. Elles ont directement assuré que cela se fera sur la base du volontariat.

Sachez en revanche que vos employés sont toujours contraints de vous informer en cas de symptômes ou de positivité à un test de dépistage.

Testez Comptalib
maintenant.

🎁 Testez gratuitement pendant 14 jours sans carte bleue. Sans engagement.

🎁 Testez gratuitement pendant 14 jours sans carte bleue. Sans engagement.

✔️ 14 jours d'essai gratuits ✔️Sans engagement

Lorsqu’une entreprise effectue une réduction de capital non motivée par des pertes, les créanciers disposent d’un délai d’opposition. Avec la crise du Covid-19, ce délai est prorogé jusqu’à la fin de l’état d’urgence sanitaire. De manière exceptionnelle et quasi-inédite, un créancier peut donc former opposition à la réduction de capital alors même que celle-ci a déjà été réalisée.

Covid-19: ce qui change pour le délai d’opposition d’une réduction de capital

Lorsqu’une entreprise effectue une réduction de capital, ses créanciers disposent d’un délai d’opposition. Avec la crise du Covid-19, ce délai est prorogé jusqu’à la fin de l’état d’urgence sanitaire. On fait le point.

Continuer arrow_right_alt
A partir du 10 janvier, en cas de symptômes ou s’ils sont cas contact, les salariés pourront se prescrire eux-mêmes un arrêt de travail sur le site de leur caisse d’assurance maladie. Sont écartées de ce dispositif les personnes en télétravail ou qui peuvent effectuer leurs tâches à domicile.

Covid-19: ce qu’il faut savoir sur l’arrêt de travail «immédiat»

Depuis dimanche dernier, les salariés ne pouvant pas télétravailler qui présentent des symptômes du Covid-19 ou qui ont été cas contact peuvent demander via internet, sans consultation médicale, un arrêt de travail indemnisé et sans jour de carence. Critiquée par les patrons, cette procédure facilitée vise en réalité à inciter les Français à rester chez eux en cas de contamination.

Continuer arrow_right_alt
Rentre obligatoire la vaccination auprès de leurs employés permettrait aux chefs d’entreprise d’éviter de créer des clusters. Mais seule la loi peut obliger des citoyens à se faire vacciner.

Covid-19: une entreprise peut-elle obliger ses salariés à se faire vacciner?

Alors que le taux de contamination au Covid-19 reste très élevé à travers tout le pays, les employeurs veulent éviter tout risque de clusters dans leurs entreprises. De quoi leur donner envie d’obliger l’ensemble de leurs salariés à se faire vacciner avant de revenir au bureau. Mais en ont-ils le droit? On fait le point.

Continuer arrow_right_alt
Jusqu'au 30 juin 2021, en cas d'accord collectif de branche ou d'entreprise, l'employeur peut exceptionnellement imposer la prise de congés payés ou modifier les dates d'un congé déjà posé, dans la limite de six jours, en respectant un délai de prévenance d'au moins un jour franc.

Covid-19: un employeur peut-il imposer des congés payés à ses salariés?

Épidémie de Covid-19 oblige, le gouvernement s’est vu contraint de prendre des mesures exceptionnelles en faveur des entreprises. L’une d’entre elles concerne les congés payés. Ainsi, jusqu’au mois de juin, vous pouvez en imposer la prise à vos salariés, sous certaines conditions toutefois. Faisons le point sur tout ce que vous devez savoir à ce sujet.

Continuer arrow_right_alt

Tout savoir sur le Centre de Gestion Agréé

Un Centre de Gestion Agréé (CGA) est un organisme chargé d’assister les PME dans leur organisation comptable, fiscale et de gestion. Cela concerne les activités commerciales, artisanales, agricoles et de prestations de services. Les professions libérales devront adhérer quant à elles à une Association de Gestion Agréée (AGA).Les conditions d’adhésion sont toutefois les mêmes.

Continuer arrow_right_alt
Le gouvernement a décidé de donner une orientation très favorable aux entreprises dans son projet de loi de Finances pour 2021. En mesure phare, la baisse de 10 milliards d’euros des impôts de production.

Plan de relance: les entreprises bénéficient d’une "baisse massive" de leurs impôts

Le projet de loi de Finances pour 2021, adopté par l’Assemblée nationale mi-novembre, est consacré à la relance de l’activité économique et de l’emploi. Il déploie les crédits du Plan de relance de l’économie, mis en place suite à la crise du Covid-19. Doté d’un budget de 100 milliards d’euros, ce plan est construit autour de trois priorités: l’écologie, la compétitivité et la cohésion.

Continuer arrow_right_alt
Face à la pandémie de Covid-19 et à ses conséquences sur l’économie, les entreprises sont confrontées à des difficultés de paiement de leurs fournisseurs. Dès lors, quelles solutions s’offrent à elles? Invoquer la force majeure et/ou passer par un service de médiation.

Les solutions pour réussir à payer ses fournisseurs malgré la crise du Covid-19

L’Etat a reconnu l’épidémie de Covid-19 comme étant un cas de force majeure dans le cadre de ses marchés publics. Ainsi, les entreprises titulaires de marchés publics peuvent adapter leurs prestations aux circonstances en ne supportant pas de pénalités en cas de non-respect de leurs engagements ou en récupérant des arrhes en cas d’annulation.

Continuer arrow_right_alt
Même durant la crise sanitaire, les entreprises doivent tenir leur assemblée générale conformément à ce qui est prévu dans leurs statuts. C’est pourquoi le gouvernement a mis en place des dérogations temporaires et exceptionnelles.

Comment tenir son assemblée générale malgré la crise du Covid-19?

Avec la crise du Covid-19, de nombreuses entreprises n'ont pas pu tenir leur assemblée générale annuelle, que ce soit pour des raisons humaines ou techniques. C’est pourquoi le gouvernement a mis en place des dérogations temporaires et exceptionnelles afin de sécuriser les sociétés dans leur fonctionnement juridique et le respect de leurs obligations légales et réglementaires.

Continuer arrow_right_alt
Le gouvernement a mis en place une série de mesures pour aider les indépendants à traverser la crise du Covid-19. Fonds de solidarité, report des échéances sociales et fiscales, crédits d’impôts, prêt garanti par l’Etat: on fait le point sur les aides auxquelles vous avez droit.

Covid-19: à quelles aides un indépendant peut-il prétendre?

Fonds de solidarité, report des échéances sociales et fiscales, crédits d’impôt: le gouvernement a pris une série de mesures pour soutenir les indépendants, auto-entrepreneurs et très petites entreprises (TPE) dont l’activité est fortement pénalisée par la pandémie de Covid-19.

Continuer arrow_right_alt
Le gouvernement a mis en place une série de mesures pour aider les entreprises à traverser la crise du Covid-19. Chômage partiel, report des échéances sociales et fiscales, crédits d’impôts, prêt garanti par l’Etat: on fait le point sur les aides auxquelles vous avez droit.

Chômage partiel, Fonds de solidarité, PGE: voici les aides auxquelles vous pouvez prétendre en tant qu’entreprise

Le gouvernement a mis en place un véritable arsenal de mesures pour aider les entreprises à traverser la crise du Covid-19. Toutes ont été prolongées et parfois renforcées à l’occasion du reconfinement. On fait le point sur les aides auxquelles vous avez droit.

Continuer arrow_right_alt