Lorsqu’une entreprise effectue une réduction de capital non motivée par des pertes, les créanciers disposent d’un délai d’opposition. Avec la crise du Covid-19, ce délai est prorogé jusqu’à la fin de l’état d’urgence sanitaire. De manière exceptionnelle et quasi-inédite, un créancier peut donc former opposition à la réduction de capital alors même que celle-ci a déjà été réalisée.

Covid-19: ce qui change pour le délai d’opposition d’une réduction de capital

Lorsqu’une entreprise effectue une réduction de capital, ses créanciers disposent d’un délai d’opposition. Avec la crise du Covid-19, ce délai est prorogé jusqu’à la fin de l’état d’urgence sanitaire. On fait le point.

Une réduction de capital est une opération qui permet à une entreprise d’abaisser son capital social. Il s’agit des capitaux propres de l’entreprise, soit les biens et les sommes d’argent apportés par les associés au moment de la création de l’entreprise.

La réduction de capital d’une entreprise peut s’effectuer dans deux situations particulières:

1. Au moment d’une baisse d’activité: la réduction de capital est alors motivée par des pertes. De cette façon, les associés évitent la dissolution-liquidation de la société. Généralement, ils procèdent de la sorte lorsque les pertes sont supérieures à la moitié du capital social.

2. Pour accompagner la sortie d’un associé: on parle alors d’une réduction de capital non motivée par les pertes. Ainsi, elle permet aux autres associés de ne pas avoir à racheter les parts sociales ou actions de celui qui a décidé de sortir de l’entreprise.

Notons qu’une réduction de capital non motivée par des pertes peut être définie comme une opération par laquelle la société, sur décision de ses actionnaires, rembourse aux associés ou aux actionnaires une partie de leur apport.

La réduction du capital peut s’effectuer de deux façons:

1. Une diminution du nombre d’actions ou de parts sociales.

2. Une diminution de la valeur nominale des actions ou des parts sociales.

Pour la réaliser, il est obligatoire de suivre trois étapes. La première consiste en la convocation d’une assemblée générale extraordinaire pour voter la réduction de capital. Vous devez ensuite déposer le procès-verbal au greffe. Vous disposez pour cela d’un délai d’un mois. Enfin, le commissaire aux comptes doit établir un rapport sur les causes et conditions de l’opération.

Les règles relatives au délai d’opposition

Une réduction de capital non motivée par des pertes ne peut être définitivement réalisée qu'à l'issue d'un délai d'opposition des créanciers de 30 jours pour les SARL et de 20 jours pour les sociétés par actions à compter du dépôt du procès-verbal de l'assemblée générale l'ayant décidée au greffe.

Les créanciers de la société disposent donc d’un droit d'opposition à la réduction de capital - sous réserve que leur créance soit antérieure à la publicité qui est faite de l’opération -, qui ne fait pas obstacle à l’opération mais qui leur permet, avant sa réalisation, d’obtenir un remboursement ou la constitution de garanties.

Le fait que les créanciers disposent d’un droit d’opposition s’explique facilement. En effet, le capital social de l’entreprise étant leur gage principal, sa réduction peut menacer leur paiement. C’est pourquoi, en théorie, ce délai d’opposition empêche de commencer la réduction de capital. Traduite par une action en justice, l’opposition des créanciers ne sera plus recevable après l’expiration du délai pour agir.

Ce qui change avec la crise sanitaire

De nouvelles règles sont entrées en vigueur en cette période de crise sanitaire. Ainsi, une ordonnance gouvernementale du 25 mars dernier énonce que, pendant l'état d'urgence sanitaire, les créanciers disposent de 20 jours à compter de la fin de celui-ci pour faire opposition.

Une question s’est alors posée: la société doit-elle attendre la fin du délai d'opposition pour réaliser son opération de réduction de capital? Dans une nouvelle ordonnance publiée le 20 avril, le ministère de la Justice y a répondu: le report du délai pour faire opposition défini par l'ordonnance du 25 mars ne décale pas pour autant la date à compter de laquelle les opérations de réduction de capital peuvent débuter. Par conséquent, un créancier pourra former opposition alors que l'opération de réduction de capital a déjà été réalisée.

Au point de vue de votre comptabilité, utiliser le logiciel Comptalib vous permettra de simplifier les démarches que vous avez à effectuer et ainsi vous faire gagner du temps. Alors, n’hésitez plus et rejoignez la communauté d’entrepreneurs qui font confiance à Comptalib.

Testez Comptalib
maintenant.

🎁 Testez gratuitement pendant 14 jours sans carte bleue. Sans engagement.

🎁 Testez gratuitement pendant 14 jours sans carte bleue. Sans engagement.

✔️ 14 jours d'essai gratuits ✔️Sans engagement

Lorsqu’une entreprise effectue une réduction de capital non motivée par des pertes, les créanciers disposent d’un délai d’opposition. Avec la crise du Covid-19, ce délai est prorogé jusqu’à la fin de l’état d’urgence sanitaire. De manière exceptionnelle et quasi-inédite, un créancier peut donc former opposition à la réduction de capital alors même que celle-ci a déjà été réalisée.

Covid-19: ce qui change pour le délai d’opposition d’une réduction de capital

Lorsqu’une entreprise effectue une réduction de capital, ses créanciers disposent d’un délai d’opposition. Avec la crise du Covid-19, ce délai est prorogé jusqu’à la fin de l’état d’urgence sanitaire. On fait le point.

Continuer arrow_right_alt
A partir du 10 janvier, en cas de symptômes ou s’ils sont cas contact, les salariés pourront se prescrire eux-mêmes un arrêt de travail sur le site de leur caisse d’assurance maladie. Sont écartées de ce dispositif les personnes en télétravail ou qui peuvent effectuer leurs tâches à domicile.

Covid-19: ce qu’il faut savoir sur l’arrêt de travail «immédiat»

Depuis dimanche dernier, les salariés ne pouvant pas télétravailler qui présentent des symptômes du Covid-19 ou qui ont été cas contact peuvent demander via internet, sans consultation médicale, un arrêt de travail indemnisé et sans jour de carence. Critiquée par les patrons, cette procédure facilitée vise en réalité à inciter les Français à rester chez eux en cas de contamination.

Continuer arrow_right_alt
Rentre obligatoire la vaccination auprès de leurs employés permettrait aux chefs d’entreprise d’éviter de créer des clusters. Mais seule la loi peut obliger des citoyens à se faire vacciner.

Covid-19: une entreprise peut-elle obliger ses salariés à se faire vacciner?

Alors que le taux de contamination au Covid-19 reste très élevé à travers tout le pays, les employeurs veulent éviter tout risque de clusters dans leurs entreprises. De quoi leur donner envie d’obliger l’ensemble de leurs salariés à se faire vacciner avant de revenir au bureau. Mais en ont-ils le droit? On fait le point.

Continuer arrow_right_alt
Jusqu'au 30 juin 2021, en cas d'accord collectif de branche ou d'entreprise, l'employeur peut exceptionnellement imposer la prise de congés payés ou modifier les dates d'un congé déjà posé, dans la limite de six jours, en respectant un délai de prévenance d'au moins un jour franc.

Covid-19: un employeur peut-il imposer des congés payés à ses salariés?

Épidémie de Covid-19 oblige, le gouvernement s’est vu contraint de prendre des mesures exceptionnelles en faveur des entreprises. L’une d’entre elles concerne les congés payés. Ainsi, jusqu’au mois de juin, vous pouvez en imposer la prise à vos salariés, sous certaines conditions toutefois. Faisons le point sur tout ce que vous devez savoir à ce sujet.

Continuer arrow_right_alt

Tout savoir sur le Centre de Gestion Agréé

Un Centre de Gestion Agréé (CGA) est un organisme chargé d’assister les PME dans leur organisation comptable, fiscale et de gestion. Cela concerne les activités commerciales, artisanales, agricoles et de prestations de services. Les professions libérales devront adhérer quant à elles à une Association de Gestion Agréée (AGA).Les conditions d’adhésion sont toutefois les mêmes.

Continuer arrow_right_alt
Le gouvernement a décidé de donner une orientation très favorable aux entreprises dans son projet de loi de Finances pour 2021. En mesure phare, la baisse de 10 milliards d’euros des impôts de production.

Plan de relance: les entreprises bénéficient d’une "baisse massive" de leurs impôts

Le projet de loi de Finances pour 2021, adopté par l’Assemblée nationale mi-novembre, est consacré à la relance de l’activité économique et de l’emploi. Il déploie les crédits du Plan de relance de l’économie, mis en place suite à la crise du Covid-19. Doté d’un budget de 100 milliards d’euros, ce plan est construit autour de trois priorités: l’écologie, la compétitivité et la cohésion.

Continuer arrow_right_alt
Face à la pandémie de Covid-19 et à ses conséquences sur l’économie, les entreprises sont confrontées à des difficultés de paiement de leurs fournisseurs. Dès lors, quelles solutions s’offrent à elles? Invoquer la force majeure et/ou passer par un service de médiation.

Les solutions pour réussir à payer ses fournisseurs malgré la crise du Covid-19

L’Etat a reconnu l’épidémie de Covid-19 comme étant un cas de force majeure dans le cadre de ses marchés publics. Ainsi, les entreprises titulaires de marchés publics peuvent adapter leurs prestations aux circonstances en ne supportant pas de pénalités en cas de non-respect de leurs engagements ou en récupérant des arrhes en cas d’annulation.

Continuer arrow_right_alt
Même durant la crise sanitaire, les entreprises doivent tenir leur assemblée générale conformément à ce qui est prévu dans leurs statuts. C’est pourquoi le gouvernement a mis en place des dérogations temporaires et exceptionnelles.

Comment tenir son assemblée générale malgré la crise du Covid-19?

Avec la crise du Covid-19, de nombreuses entreprises n'ont pas pu tenir leur assemblée générale annuelle, que ce soit pour des raisons humaines ou techniques. C’est pourquoi le gouvernement a mis en place des dérogations temporaires et exceptionnelles afin de sécuriser les sociétés dans leur fonctionnement juridique et le respect de leurs obligations légales et réglementaires.

Continuer arrow_right_alt
Le gouvernement a mis en place une série de mesures pour aider les indépendants à traverser la crise du Covid-19. Fonds de solidarité, report des échéances sociales et fiscales, crédits d’impôts, prêt garanti par l’Etat: on fait le point sur les aides auxquelles vous avez droit.

Covid-19: à quelles aides un indépendant peut-il prétendre?

Fonds de solidarité, report des échéances sociales et fiscales, crédits d’impôt: le gouvernement a pris une série de mesures pour soutenir les indépendants, auto-entrepreneurs et très petites entreprises (TPE) dont l’activité est fortement pénalisée par la pandémie de Covid-19.

Continuer arrow_right_alt
Le gouvernement a mis en place une série de mesures pour aider les entreprises à traverser la crise du Covid-19. Chômage partiel, report des échéances sociales et fiscales, crédits d’impôts, prêt garanti par l’Etat: on fait le point sur les aides auxquelles vous avez droit.

Chômage partiel, Fonds de solidarité, PGE: voici les aides auxquelles vous pouvez prétendre en tant qu’entreprise

Le gouvernement a mis en place un véritable arsenal de mesures pour aider les entreprises à traverser la crise du Covid-19. Toutes ont été prolongées et parfois renforcées à l’occasion du reconfinement. On fait le point sur les aides auxquelles vous avez droit.

Continuer arrow_right_alt